J’ai peur de jamais finir mon album j’ai plus d’inspi
D’façon j’ai plus envie de d’vnir chanteur, j’ai plus quinze piges
Quand j’regarde mes clips j’trouve que j’fais piter
C’que j’raconte dans mes chansons c’est des clichés c’est pas la vérité
La célébrité m’fait peur
J »ai peur d’me griller les ailes à vouloir briller sous les projecteurs
Au fond, j’m’en bat pas les couilles de c’que disent les gens
J’me perd entre ce qu’ils attendent de moi et c’que j’suis vraiment
Tous les jours j’fais l’acteur (j’fais l’acteur), j’fais semblant (j’fais semblant)
J’maquille la peur en plaisantant
J’perds mon temps à m’poser des questions au lieu d’agir
J’ai peur de la dépression, j’ai peur de l’avenir et ses déceptions
Plus j’grandis plus l’temps et plus j’suis déçu (déçu)
Sous l’emprise de l’angoisse des futures blessures (blessures)
Plus j’me cherche des excuses plus j’m’enlise
J’m’ennivre de négativité et j’me sens vivre
Souvent, j’ai peur de l’ennui
J’ai peur d’avoir aucune raison d’me plaindre pourtant j’me sens triste
Tout le temps j’me sens vide j’ai peu d’être normale d’être moyen
Ni trop mal ni trop bien, j’crois qu’j’sers à rien.
J’ai peur de mes proches parce qu’ils connaissent mes faiblesses
Mes talons d’achille, ils savent à quel point mes fondations sont fragiles
Ils m’font confiance pour l’instant
Mais quand j’les décevrais ils seront près d’moi prêt à frapper les premiers
J’ai peur que mes parents m’detestent
Depuis qu’j’ai treize ans j’régresse, j’les blesse, j’les stress
J’délaisse c’qu’ils m’ont appris pour faire que d’la merde
Comme si j’valais mieux qu’mon père, comme si j’valais mieux qu’ma mère
Eux, croient qu’ils m’aiment moi, j’crois qu’ils se voilent la face
J’crois qu’ils aiment celui qu’ils rêvent de voir à ma place
Parce qu’ils savent pas c’qui s’passe derrière le masque
Qui s’cache derrière l’image, parce qu’ils connaissent pas mon vrai visage
Quand j’dis qu’déteste les filles j’me donne du crédit
J’me suis jamais vraiment investit, j’ai fui
J’ai triché sur mes sentiments en croyant rester vrai
J’esquivais l’amour par peur de m’faire baiser
Par lacheté, j’croyais qu’plus j’m’attachais moins ça marchait
J’ai trahi, j’ai sali, j’ai haïs, j’ai banni
Qu’est ce que j’ai acquis à part des remords et des maladies
Rien à part la peur de rester seul toute ma vie
J’crois un peu en dieu mais pas vraiment
J’irais avec les mécréants quand j’partirais les pieds devant
J’ai peur d’être attiré par le néant
J’me sens tellement bien dans la noirceur, j’me sens dans mon élément
J’ai comme envie d’sauter dans l’vide, d’me passer la corde au cou
D’me noyer, d’m’entailler les veines du coude au poignet
J’ai comme envie d’me mettre une balle dans l’crâne mais j’ai pas d’flingue
Regarde moi dans les yeux tu comprendras qu’j’suis qu’une baltringue

J’ai peur de perdre
J’ai peur de l’échec
J’ai peur d’affronter les épreuves de la vie
j’ai peur de mes érreurs, j’ai peur de l’avenir

Orelsan La Fête est finie - Acheter l'album