Finir mal (x11)

Y avait mes affaires sur le palier prés d’un mot sur la porte
« Récupère déjà la moitié j’enverrai l’autre par la poste »
Alors j’ai sonné jusqu’à choper des cloques au bout des doigts
Après deux heures j’abandonnais l’espoir de rentrer chez moi
Habiter dans la chambre chez tes parents quand t’as dépassé
la barre de tes 24 ans donne vite le sentiment que la pluie se répète
Les vieux poster sur les murs crient « défaite »
Mon père a des tonnes de nouvelles réflexions
Bien évidement ma mère pose des questions
Je donne des versions en ma faveur devant mes potes
j’sors mon grand jeu d’acteur mais tout seul j’me laisses aller dans
le malheur, tout seul j’comprend sa vraie valeur.
J’téléphones, j’envois des messages tout les quarts d’heure
mauvais numéro j’voulais brûler l’opérateur
J’te jure je t’aime, j’veux qu’tu m’revienne, j’veux qu’tu m’reprenne
juste une deuxième chance l’ignorance est l’une des pires souffrance

Refrain :
J’me voyais beaucoup plus fort que ça mais qu’est-ce que j’branle
Y a des millions de femmes sur Terre mais c’est à elle que j’pense
J’pensais l’oublier facilement pourtant elle me hante
J’pensais qu’j’assumerai mes conneries mais elle me manque

Finir mal (x8)

Dis moi quelques mots c’est la seule chose que j’demande
Dis moi qu’tu vas m’envoyer tes frères me briser les deux jambes
insulte moi, dis moi qu’ma mère aurait mieux fait d’avorter
Dis moi qu’jsuis l’pire des enculé qu’la Terre ai jamais portée
Pourquoi c’est pas comme d’habitude, on s’engueule elle m’crache à la figure
J’lui retourne le crâne en trois minutes
les draps nous consoles à chaque dispute
La zapper c’est trop tôt tout les chemins dans mes pensées
me ramène à elle. Chaque vieille photo de nous deux fait l’effet
d’un mauvais rappel. Pourquoi tout les bons souvenirs n’étaient pas là
quand j’goûtais les plaisirs charnels, pourquoi tout les bons souvenirs
m’empêchais pas d’assouvir mes envies malsaines.
Tout les matins sont pires que la veille seul depuis des mois aucun appel.
Mais j’savais qu’j’allais perdre ce jeu comme si j’en avais marre d’être heureux.
Refrain :
J’me voyais beaucoup plus fort que ça mais qu’est-ce que j’branle
Y a des millions de femmes sur Terre mais c’est à elle que j’pense
J’pensais l’oublier facilement pourtant elle me hante
J’pensais qu’j’assumerai mes conneries mais elle me manque

Finir mal (x8)

Et j’ère sans but comme un p’tit autiste l’ère triste face à la nature comme Bear Grylls.
J’tise et j’passe les même disque en boucle
ces vieilles chansons d’amour qui parlent de vivre en couple
Dégoûté, déprimé, déchiré, je suis dans l’tambour de la machine lessivé
les neurones complètement grillés, vrillés
J’regarde les bouteilles s’empiler
j’remplie des cendriers
Des jours entiers tourmenté les yeux fixaient sur le plafond.
Laisse moi tout changer j’ai compris la leçon
je tourne en rond, j’tourne en rond, j’tourne en rond
j’m’enfonce complètement, j’donnerais tout ce que j’ai contre une machine à remonter le temps

Refrain :
J’me voyais beaucoup plus fort que ça mais qu’est-ce que j’branle
Y a des millions de femmes sur Terre mais c’est à elle que j’pense
J’pensais l’oublier facilement pourtant elle me hante
J’pensais qu’j’assumerai mes conneries mais elle me manque

Finir mal (x18)

Orelsan La Fête est finie - Acheter l'album