Hé Skread ! Balance cette merde rétro-futuriste !
Konichiwa j’suis d’retour depuis six mois j’m’isole
J’ai regardé One Piece 8 fois, les 460 épisodes
Une sorte de blanc qui s’prend pour un chintok
J’essaye de sortir plus de classique que les usines Reebok
Un cyborg version 2.0
J’suis toujours dans les temps comme ton père à l’heure de l’apéro
Orelsan c’est Aurélien j’ai pas d’alter-égo
De toute façon y’en avait pas un pour rattraper l’autre
Pourquoi tu me donnes ta démo, j’suis pas producteur
Avant qu’tu me parles j’étais de bonne humeur
Charme destructeur j’frappe pas j’engrosse une sœur
J’traîne avec une bande d’enfoiré mais on file que dalle au Resto du Cœur
C’est pas du rap de geek, c’est pas du rap comique
C’est la musique d’un type en passe de devenir alcoolique
J’écris avec le sang d’une vierge des versets diaboliques
J’viens détourner plus de gosses que l’église Catholique
Tu me verras pas aux Francofolies
Mais tu peux me trouver chez le psy en train de discuter d’ma transophobie
On m’a dit tais-toi, nettoies.
Pauvre conne, lèches-moi les noix !
Cochonne, mets-toi des doigts !
J’veux faire des tubes en restant moi-même et j’garde espoir
J’préfère bosser au Macdo qu’avoir la plume de Grégoire
J’ai la magie du terroir moi jeunesse du shit,
des scooters, des bières, des baggy, des superstars
Des textes sur mes devoirs
Trois bandes blanches sur un survét’ noir
Mes défaites font mes plus belles gloires
J’aime voir l’amour dans les yeux d’une fille
Avant qu’mes spermatozoïdes cherchent à féconder sa pupille
J’suis pas là pour me faire des amis
J’préfère extorquer des gamines suicidaire featuring Jena Lee
J’ai à peu près la même réputation que Cheb Mami
Tant pis comme disent les cainris : « C’est la vie ! »
J’viens de Caen ça s’entend j’ai l’accent Bas-Normand
J’parle lentement j’ai un coup d’barre depuis mes 14ans
*Ton album ça sort quand ?*
Pitié tu l’auras surement téléchargé avant que j’ai fini de l’enregistrer
Mais qu’est-ce que tu sais faire à part cliquer
A part critiquer, à part flipper d’te faire griller ton Adresse IP
Ils font pas du rap conscient ils racontent le JT
Rien à foutre de la bonne cause j’suis contre le Tibet
Quand j’suis sur scène j’veux t’entendre crier « Orelsan ! »
Quand j’baise j’veux t’entendre crier « Orelsan ! »
Des mots, des phrases, des flow, des phases
Des métaphores, des mauvaises vannes
Bientôt j’arrête j’dépose les armes j’commence à m’ennuyer
J’fais qu’toute la nuit j’écris j’gratte du papier
J’me lève à 15h, j’relis, j’trouve ça nulle à chier
Le rap j’le quitterai de la même façon qu’j’l’ai kiffé
Mon nom à moi c’est Orelsan oui tu l’as deviné

2010 Maintenant j’rap comme j’veux
Parce qu’on est en 2010
2010 j’me laisse pousser les cheveux
Parce qu’on est en 2010
2010 j’porte plus de XXXL
Parce qu’on est en 2010
Y’a des voitures qui volent dans le ciel

Haaaan la honte !
T’es trop à l’ancienne 2010
Hé c’est fini on est en 2011 maintenant
Ouais, j’sais mais j’m’en fous parce qu’on est en 2010

Orelsan La Fête est finie - Acheter l'album