Refrain 1 :
Continue d’m’appeler « Greenje », continue d’m’appeler « Greenje »
Continue d’m’appeler « Greenje », continue d’m’appeler « Greenje »
Mon nom, c’est « Gringe », « Gringe », « Gringe »
« Gringe », « Gringe », « Gringe », « Gringe »
« Gringe », « Gringe », « Gringe », « Gringe »
« Gringe », « Gringe », « Gringe », « Gringe »

Le prochain qui prononce mal mon nom, c’est moi qui l’écorche
Tu peux m’trouver dans la bouche des fans et dans celle des escorts
Y’a pas d’souris sur mon ordi, j’suis toujours le rat du mac
J’vais l’irriter dans tous les sens du terme, ta pute mettra du talc
Ta pute n’est pas une pute, mais j’lâche quand même un billet
J’déchirais les tickets, demain : j’rachète le ciné
J’ai aucun pote bourgeois, pourtant j’traîne avec le J.B
Mon putain d’nom, à moi, c’est Gringe : non, tu l’as pas deviné
Donc, laisse-moi réitérer : j’suis pas une série télé… Fringe !
Ou Jim Carrey dans un costume de caribou pété… Grinch !
Arrête de l’prononcer comme si t’habitais à L.A… « Greenje ! »
Tu m’as vu galoche une moche dans « L’Amour est dans le pré » ?… Grange !
Ou faire d’la pub pour une tablette de chocolat Nestlé ?… Crunch !
Porter des jeans troués, avoir les cheveux sales et graissés ?… Grunge !
Non, j’sais pas, p’t-être que t’as des latences
La prochaine fois qu’tu foires : j’te fais faire un cahier d’vacances
Bâtard

Refrain 1 :
Continue d’m’appeler « Greenje », continue d’m’appeler « Greenje »
Continue d’m’appeler « Greenje », continue d’m’appeler « Greenje »
Mon nom, c’est « Gringe », « Gringe », « Gringe »
« Gringe », « Gringe », « Gringe », « Gringe »
« Gringe », « Gringe », « Gringe », « Gringe »
« Gringe », « Gringe », « Gringe », « Gringe »

Demande à ta pétasse qu’elle arrête de m’faire du pied
Sinon j’la baise comme si j’voulais lui faire des sextuplés
J’ai choisi d’raconter nos putains d’histoires sans truquer
Alors j’me protège pas toujours avant d’entrer dans l’sujet
J’ai pas l’habitude de tourner ma langue avant d’parler
J’suis comme les moines tibétains, j’ai tendance à m’enflammer
Faya them, faya them, faya them, faya them
J’suis pas censé faire ça, j’m’en bats les couilles, ce sera pareil
Tu veux tellement être hip-hop, tout c’que ça fait, ça fait d’la peine
Tu ferais moins d’clips dans les usines si tu taffais à la chaîne
Tu pourrais faire des clips avec des pétasses par centaines
T’as la virilité d’Mika qu’encule un arc-en-ciel
J’arrive la nuit chez ta pouf, le matin j’suis déjà plus là
J’disparais dès les premiers rayons d’soleil, j’suis Dracula
J’peux pas trop mettre de shorts : ma bite arrive à mon genou
Si ta mère kiffe « La Terre est ronde », c’est parce qu’elle a bon goût

Orelsan La Fête est finie - Acheter l'album